Égalité des sexes

Mais, attendez une minute… L'égalité entre les sexes, on y est déjà, non?

L'égalité entre les femmes et les hommes est enchâssée dans la Charte canadienne des droits et libertés, et le gouvernement du Canada est résolu à la promouvoir tous les secteurs de la société canadienne. Nous avons enregistré des progrès importants dans de nombreux domaines, notamment l'éducation et la participation au marché du travail.

Toutefois, certaines difficultés persistent :

Trop peu de femmes ont accès au pouvoir.

  • Les femmes n'occupent que 21,6 % des sièges aux conseils d'administration des entreprises du Financial Post 500 (FP500)*Note de bas de page i .

    *Le classement des plus grandes sociétés canadiennes selon leur revenu, effectué par le Financial Post.

Les femmes sous-représentées en politique.

  • La 42e législature du Canada compte seulement 26 % d'éluesNote de bas de page ii .
  • En 2015, les conseils municipaux comptaient 28 % de femmes et 18 % des municipalités avaient une mairesse à leur têteNote de bas de page iii .

Les femmes continuent de consacrer plus de temps aux soins et au travail ménager.

  • En 2012, les personnes prenant soin de proches étaient, dans 54 % des cas, des femmes.
  • Comparées aux hommes, les femmes étaient plus susceptibles de consacrer au moins 20 heures par semaine à la prestation de soins (17 % contre 11 %)Note de bas de page iv .
  • Les femmes étaient plus susceptibles de s’occuper de l’entretien ménager que les hommes (59 % contre 41 %)Note de bas de page v .

Les femmes sur le marché du travail tendent à gagner moins que les hommes.

  • En 2015, le revenu médian des hommes était beaucoup plus élevé que celui des femmes (40 900 $ comparativement à 28 410 $)Note de bas de page vi .
  • Lorsqu’on compare les salaires horaires des femmes et des hommes en 2017, les femmes gagnaient en moyenne 87 cents pour chaque dollar gagné par les hommes, ce qui donne un écart de 13 %.Note de bas de page vii .

Il y a encore beaucoup de femmes victimes de violence fondée sur le sexe.

  • Même si l'on considère les autres facteurs de risque, les femmes courent toujours 20 % plus de chances d'être victimes de violenceNote de bas de page viii .
  • La grande majorité des victimes d'agressions sexuelles (88 %) et de harcèlement criminel (76 %) sont des femmes Note de bas de page ix .

Certaines femmes sont particulièrement vulnérables à la violence fondée sur le sexe.

  • Comparées aux autres Canadiennes, les femmes autochtones courent trois fois plus de risque d'être victimes de violence conjugaleNote de bas de page x .

Comment allons-nous changer cette réalité?

  • Il faut commencer par changer les attitudes et les comportements.
  • Il faut commencer par nommer les stéréotypes et le sexisme présents dans la vie de tous les jours parce que, même subtils, ils contribuent au problème. C'est à cause du sexisme et de la discrimination qui l'accompagne que les inégalités entre les sexes peuvent continuer d'exister.
Date de modification :