Groupe de travail jeunesse sur l’égalité des genres

Groupe de travail jeunesse sur l’égalité des genres
Rangée du bas (gauche à droite) : Charlene Campo, Stormy Bradley, Jonathon Reed, Raylene MacKey. Rangée du milieu (gauche à droite) : Reese Estwick, Guyleigh Johnson, Christina Luo, Amanda Kanbari. Rangée du haut (gauche à droite) : Geneviève Benoit, Emma Ronsley, Cyndia Mondésir, Phaedra de Saint Rome, Allison Kilgour, Katie Davey, Tommy Hana. Absent(e)s : Alyssa Carpenter, Rae-Anne Harper, Richelle Ritchie, Roshni Khemraj, Taya Nabuurs.

Le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres lance une toute nouvelle initiative, les conversations nationales avec les jeunes du Canada sur l’égalité des genres. 

L’initiative des conversations nationales avec les jeunes du Canada sur l’égalité des genres permettra d’étendre et d’amplifier le dialogue mené par les jeunes sur les comportements et les attitudes qui contribuent à perpétuer l’inégalité des genres. Elle appuiera également la prise de mesures en faveur d’un changement durable.

Pour diriger cette initiative, le Ministère a identifié des jeunes de partout au Canada qui formeront un Groupe de travail jeunesse sur l’égalité des genres. Le groupe de travail est composé d’une jeunesse passionnée et motivée qui dirigera des initiatives visant à promouvoir l’égalité des genres au Canada.

Les membres du Groupe de travail des jeunes sur l’égalité des genres sont :

Allison Kilgour
Allison est une jeune chef de file reconnue du Manitoba qui possède une expertise en militantisme jeunesse et en prévention de la violence fondée sur le sexe. Elle a été directrice fondatrice de Students for Consent Culture; un mouvement étudiant de prévention de la violence fondée sur le sexe où elle est actuellement coordonnatrice de l’éducation. Allison est une conférencière recherchée en santé mentale avec Jack.org. Elle est actuellement spécialiste de la violence sexuelle et des ressources dans ce domaine à l’Université du Manitoba. Elle commencera son doctorat de droit en septembre 2019.
Alyssa Carpenter
Alyssa est à la fois d’origine Inuvialuit, Déné du Sahtu et Gwich’in. Elle est née et a grandi dans le secteur de l’Ouest de l’Arctique des Territoires du Nord-Ouest et habite actuellement entre Whitehorse et Yellowknife. Alyssa est une travailleuse sociale expérimentée qui utilise ses compétences d’engagement et de facilitation en travail de proximité au sein de l’organisation Bringing Youth Towards Equality (BYTE) : Empowering Youth and Taking it Global. En outre, Alyssa constitue l’une des deux jeunes qui sont membres du conseil de l’Association des femmes Inuites du Canada (Pauktuutit), et elle fait partie de la cohorte du Nord de 4Rs National Learning Community.
Amanda Kanbari
Amanda est une défenseure de l’égalité des sexes et une développeuse de programmes de Yellowknife qui s’emploie à promouvoir l’égalité des sexes pour les habitants du Nord. Elle a créé des programmes féministes qui répondent à l’inégalité des sexes et à la violence de genre dans le Nord. Son travail lui a permis de parler sur la scène internationale de l’inégalité entre les genres et des intersections de la race, de la classe sociale, de la capacité et de la façon dont les personnes vivant dans les régions rurales des Territoires du Nord-Ouest sont touchées par ces intersections.
Charlene Campo
Charlene est une ardente défenseure de l’égalité des sexes à Edmonton, en Alberta. Charlene est actuellement responsable de l’intégration des enjeux pour le gouvernement de l’Alberta et poursuit une maîtrise ès arts en égalité des sexes et en justice sociale à l’Université de l’Alberta. Qualifiée d’agent de changement par ses collègues, Charlene est fascinée par les conditions préalables nécessaires à un changement social soutenu. Par le passé, elle a été ambassadrice de RISE pour L’apathie c’est plate, a siégé au conseil d’administration du Calgary Women’s Emergency Shelter, a offert bénévolement des services de première ligne au Women’s Centre of Calgary et a contribué au groupe de travail sur le changement organisationnel antiraciste primé à Calgary.
Christina Luo
Christina est conseillère jeunesse pour le Conseil consultatif jeunesse de Plan International Canada d’Edmonton, en Alberta. Christina a une solide expérience de la conception, de la prestation de conseils et de la mise en œuvre de l’initiative Jeunesse pour l’égalité des sexes du Plan, le premier plan de mise en œuvre des ODD de l’ONU dirigé par des jeunes au Canada. Elle est passionnée par la mobilisation des jeunes et du rôle qu’ils peuvent jouer dans l’évaluation et l’atteinte des objectifs d’égalité entre les sexes.
Cyndia Mondésir
Cyndia se décrit comme une jeune leader féministe racialisée profondément engagée à amener un changement social positif et progressiste. Elle travaille à l’Institut canadien de recherche sur les femmes, à l’Alliance féministe pour l’action internationale et avec la sénatrice McPhedran pour faire progresser la recherche et la défense de l’égalité des sexes.
Emma Ronsley
Emma vient de terminer ses études de droit à Vancouver, en Colombie-Britannique. En plus d’organiser des programmes éducatifs et parascolaires pour les jeunes à risque, Emma a travaillé comme avocate dans les domaines du droit des pauvres, du droit de la famille et de la protection de l’enfance. Elle a de l’expérience dans la conception et la facilitation de l’éducation juridique publique pour les élèves du secondaire et elle est passionnée par l’éducation à la justice sociale pour les jeunes.
Geneviève Benoit
Geneviève est une jeune métisse de Winnipeg, au Manitoba, qui en est actuellement à sa deuxième année à la faculté de droit Robson Hall, à l’Université du Manitoba. Elle est très engagée dans son corps professoral et défend les droits des Autochtones sur son campus, particulièrement dans le cadre de son rôle de membre exécutif de l’Association des étudiants en droit autochtone du Manitoba. L’engagement de Geneviève dans sa communauté lui a permis d’assister et de participer à diverses conférences et activités nationales et internationales.
Guyleigh Johnson
Guyleigh est activiste, poète et auteur. Ses deux livres, Expect the Unexpected et Afraid of the Dark, explorent le racisme, la violence sexiste, l’isolement social et le bien-être mental dans la communauté noire. Elle étudie actuellement à l’Université Dalhousie et travaille sur deux autres livres, dont un livre pour enfants sur Viola Desmond.
Jonathon Ree
Jonathon est un jeune leader dévoué de l’Ontario qui se spécialise dans la programmation axée sur l’aventure et centrée sur la masculinité de l’enfance. Il coordonne des programmes scolaires sur les masculinités positives pour les jeunes avec Next Gen Men et anime un balado intitulé Breaking the Boy Code. De plus, il est un conférencier réputé et un défenseur de l’égalité des sexes et des enjeux liés à la communauté LGBTQ2+.
Katie Davey
Katie Davey s’identifie elle-même comme une défenseure des politiques inclusives. Elle a occupé un certain nombre de fonctions liées aux politiques et à la mobilisation des intervenants en mettant l’accent sur l’égalité des sexes et la participation des jeunes. Elle dit que temps qu’elle a passé à la présidence de l’Union étudiante de l’Université du Nouveau-Brunswick lui a permis d’apprendre les bases de son travail. Récemment, Katie a lancé Femme Wonk, un balado sur les politiques et les affaires courantes qui traite des politiques publiques sous l’angle de l’égalité des sexes et de l’inclusion.
Phaedra de Saint Rome
Phaedra est une entrepreneure, une militante et une bâtisseure communautaire du Québec. Diplômée de l’Université McGill et d’une mini-maîtrise en administration des affaires de l’Université Stanford, elle a œuvré au sein de diverses organisations locales et internationales axées sur l’engagement communautaire, la lutte contre les changements climatiques et l’autonomisation des femmes, et a déjà été nommée formatrice mondiale par le Forum économique mondial. Phaedra a récemment fondé So What Media Inc., une entreprise médiatique de la nouvelle ère qui vise à rendre les affaires courantes plus attrayantes tout en autonomisant les jeunes femmes au Canada et à l’étranger.
Rae-Anne Harper
Rae-Anne est une jeune femme des Premières nations et des Métis de la Saskatchewan. Elle est présidente du Conseil des jeunes autochtones de l’Association nationale des centres d’amitié. Au sein des centres d’amitié, Rae-Anne a travaillé pour ses pairs en coordonnant des programmes pour les jeunes Autochtones à risque en milieu urbain. Rae-Anne veut aider à créer des programmes plus durables pour les jeunes Autochtones vivant en milieu urbain.
Raylene MacKey
Raylene Mackey est une défenseure passionnée de la jeunesse de St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador, qui se spécialise dans l’autonomisation des femmes en matière de leadership. Elle est actuellement adjointe et aide de camp auprès du lieutenant-gouverneur de Terre-Neuve-et-Labrador et coprésidente du Conseil jeunesse du premier ministre. De plus, Raylene est une personnalité de la radio sur VOCM Radio. Elle a été page de la Chambre d’assemblée de Terre-Neuve-et-Labrador et Miss Teen NL. Raylene est une bénévole active et a reçu un Prix du bénévole de l’initiative gouvernementale URock, un Prix Loran provincial et la Médaille du souverain du gouverneur général du Canada pour les bénévoles. Plus récemment, elle a obtenu un baccalauréat ès arts en sciences politiques (coop) et en droit et société de l’Université Memorial de Terre-Neuve. Raylene commencera sa maîtrise à l’automne et aspire à fréquenter une faculté de droit.
Reese Estwick
Reese est une militante et une dirigeante LGBTQ2 du Manitoba qui a lancé la première Alliance sexuelle des genres dans sa division scolaire. Elle a organisé et dirigé la Semaine de la fierté dans son école chaque année. Elle milite auprès de son administration scolaire et de son conseil scolaire pour créer un espace sécuritaire pour les jeunes LGBTQ2 dans les écoles. De plus, elle milite pour que les enseignants suivent une formation sur les membres de la communauté LGBTQ2 et a récemment mobilisé plus de 50 élèves pour créer une vidéo de sensibilisation au syndrome de Down.
Richelle Ritchie
Richelle fait partie de la Première Nation de Saugeen 29.  Elle termine son programme de maîtrise en travail social à l’Université Wilfrid‑Laurier. Elle fait du bénévolat au sein du Groupe de travail sur les jeunes d’Independent First Nations et du Conseil des jeunes des Premières Nations de l’Ontario. Elle a également été représentante des jeunes dans le cadre de l’Initiative pour des écoles sûres et tolérantes d’Independent First Nations. Elle siège maintenant au Conseil national des jeunes de l’Assemblée des Premières Nations à titre de représentante des femmes de l’Ontario. Elle se passionne pour la défense des droits, particulièrement ceux des enfants et des jeunes.
Roshni Khemraj
Roshni est une jeune cheffe de file de l’Ontario qui a une passion pour l’égalité des genres et un intérêt particulier pour les organisations communautaires. Elle entame actuellement sa deuxième année d’étude à l’école de droit Osgoode Hall et travaille au sein de la Division de l’immigration de la Clinique juridique communautaire de Parkdale. Elle se passionne pour la découverte de façons nouvelles et créatives de mobiliser les jeunes dans les domaines des campagnes et de l’activisme; elle siège au National Youth Action and Advisory Committee d’Amnistie internationale et est conférencière et membre du Conseil consultatif des jeunes auprès de Plan Canada. De plus, Roshni a fait partie des premières membres de l’initiative Girls belong here, et elle a occupé le poste de PDG de Plan Canada lors de la Journée internationale des filles en 2016.
Stormy Bradley
Stormy est une jeune femme autochtone, une mère célibataire et un membre actif de sa communauté, la Première Nation des Tr’ondëk Hwëch’in, au Yukon. Au cours des deux dernières années, elle a travaillé avec d’autres jeunes leaders autochtones pour mettre fin à la violence faite aux femmes dans leurs collectivités grâce à un projet appelé Shared Wisdom, VIDEA.
Taya Nabuurs
Taya est une jeune cheffe de file de l’Île-du-Prince-Édouard qui se passionne pour la mobilisation citoyenne, l’élimination de la violence fondée sur le sexe et l’amélioration de l’accès des femmes et des filles à l’éducation. Elle a été vice-présidente (à l’Université et à l’externe) de l’Association étudiante de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard et membre du Conseil jeunesse pour l’avenir du premier ministre, en plus d’avoir siégé au Conseil de direction de la Coalition pour les femmes au gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard.
Tommy Hana
Tommy est un défenseur des droits en matière de santé sexuelle et génésique et un  spécialiste chevronné de la santé mondiale et, des déterminants sociaux de la santé et un défenseur des droits en matière de santé sexuelle et génésique de Toronto, en Ontario. Il est étudiant en médecine à l’Université de Toronto et a terminé ses études de premier cycle à l’Université Queen’s à titre de boursier Loran. Il est actuellement assistant de recherche à distance au Pamoja Tunaweza Women’s Centre en Tanzanie, assistant de recherche au Centre for Global Health Research, au Women’s College Hospital et à l’hôpital Mount Sinai. Ses recherches se concentrent sur les programmes de contraception pour les adolescents dans des milieux à faibles ressources, l’accès aux soins maternels et la mortalité maternelle en Inde, les programmes de chirurgie de transition financés par l’État et l’éducation médicale. De plus, Tommy est consultant pour l’Organisation mondiale de la santé (égalité des sexes et droits de la personne). Il a travaillé pour KPMG et Doctors of the World UK. Il a récemment représenté la Fédération internationale des associations d’étudiants en médecine à la CSNU 63.
Date de modification :